Plaquette du Festival Jean Aicard 2016

 redplaquettefja2016


icone-fja2016

Festival Jean Aicard 2016 - Mobilisation des enseignants pour l'exposition
- 27 mai 2016 dans le hall de la salle Gérard Philipe à La Garde -
.................................................................
La poésie, un Gai Savoir pour l’école

Salle comble ce vendredi à Gérard-Philipe pour la scène finale du Festival Jean-Aicard de poésie vivante, qui s’adresse chaque année aux enfants des écoles primaires, de La Garde et de tout le département, et finalise un travail pédagogique de fond. Car pour Christian Cardon, l’inspecteur de l’Education nationale, initiateur de la manifestation, la poésie sous toutes ses formes est d’abord un puissant facteur d’apprentissage scolaire. Plus de 5000 enfants ont pu l’expérimenter pendant toute une semaine, dans les multiples facettes du Festival, concours d’affiches, poésie dans la rue, exposition plastique, joutes poétiques et scène ouverte. Et ce vendredi en scène finale, des centaines d’élèves l’ont démontré au public nombreux de leurs parents : la poésie est bel et bien un « Gai Savoir » pour l’école, qui fait entrer le goût du bonheur dans la classe, un bonheur d’apprendre qui se vit et se partage sans modération. Les élèves, ont tour à tour lu, clamé, récité ou mimé des textes et des vers de poètes de tous les temps et de tous les lieux, réveillant avec force les voix de Baudelaire, Rimbaud, La Fontaine, Saint-Exupéry, Jean Aicard et tant d’autres. Exerçant en même temps leur souffle, leur mémoire et leur voix dans un engagement corporel maîtrisé, les enfants des classes des écoles de La Garde et du Pradet (1) répondaient à des classes de Belgentier, entrecoupées de prestations remarquées des résidents handicapés de la MAS de Pomponiana Olbia, venus de Hyères, dans un festival d’émotion, de joies et d’instants plus graves, comme ce poème « 13-novembre » créé et déclamé par les élèves de madame Poitou-Zachar (Zunino 1, La Garde). Des moments de slam, aussi, avec Murielle Gébelin, animatrice efficace de la scène, et Kévin, slameur gardéen intervenant en périscolaire. Pour Christian Cardon, « le discours ordinaire, politique ou philosophique, trop souvent prône ou promet. La poésie agit. Avec la poésie, il ne s’agit pas de convaincre ni d’annoncer pour demain la sagesse, l’utopie ou les larmes : il s’agit d’expérimenter ici et maintenant que la vie est belle et bonne, quand on sait l’aimer en confiance. » Une confiance dont les écoliers auront bien besoin pour affronter le monde qui vient. (Auteur : Christian Cardon)


(1)     Classes de Magali Muscat, Laurence Zachar-Poitou, Valérie Loubet-Prince, Corinne Didier, Marie Cathonnet, Michel Sanchez, Michel Gioda, Aurore Jues-Viale, Marie Cardon et Alexandra Goepfert. )soire2016